Comment les églises minimisent les complexités de la Santé Mentale

Photo by Sydney Sims on Unsplash

Il y a des années, je me suis rendu compte qu’en tant que chef d’église, je ne savais pas assez comment penser, prier et enseigner d’une manière qui tienne compte des nouvelles réalités de la santé mentale. J’ai senti que nous n’étions qu’à la surface d’un domaine de recherche complexe et croissant qui exigeait une attention renouvelée de notre part.

L’un des obstacles que je devais surmonter découlait de ma propre formation théologique. Pour beaucoup trop de gens, l’apprentissage de la Bible et le travail de direction pastorale sont présentés dans des catégories binaires. Par exemple, les concepts concernant Dieu, la façon de vivre et même la façon d’interpréter certaines parties de la Bible sont présentés comme étant bons ou mauvais, noirs ou blancs, oui ou non. Bien que cela puisse parfois être utile, cela peut constituer un obstacle lorsqu’il s’agit de guider des personnes profondément désorientées et tristes.

Ces approches peuvent forcer les gens à faire un choix pour clarifier comment se sentir ou agir alors que tout ce dont ils ont besoin, c’est de temps pour revisiter certaines craintes et affronter la tempête.

Cette prise de conscience m’a amené à entendre certaines voix réfléchies. Une personne en particulier était Amy Simpson. Elle écrit dans la perspective d’avoir vécu la douleur de la souffrance mentale. Ses écrits soulignent également le rôle important que les églises peuvent jouer pour aider les personnes souffrant de problèmes de santé mentale. Dans le cadre de cet apprentissage et de ce soutien de première ligne, elle écrit,

…parmi ceux qui ont cherché de l’aide pour des maladies mentales, 25% cherchent d’abord un membre du clergé.

Bien que ce soit un premier pas rassurant, beaucoup se sentent encore seuls.

LES ÉGLISES DOIVENT ÊTRE UN MODÈLE DE CROISSANCE ET D’APPRENTISSAGE

Les pasteurs et les chefs spirituels ont besoin d’une vision renouvelée, ancrée dans leur responsabilité de grandir et de reconnaître les domaines de croissance en matière de santé mentale. Cela peut surprendre, mais le sujet de la santé mentale n’est pas clairement défini dans la Bible. On ne peut pas simplement chercher les mots “santé mentale” ou “maladie mentale” et trouver quelques versets bibliques à tweeter.

Ceux d’entre nous qui accompagnent quelqu’un dans une période difficile de douleur savent que la maturité spirituelle signifie apprendre l’humilité.

La voie à suivre est probablement un processus plus long et plus patient. Il nécessitera une réflexion théologique plus approfondie, des conseils d’experts et la sagesse d’apprendre ensemble. Le Dr. Stanford a raison lorsqu’il observe qu’en matière de santé mentale, “notre manque de compréhension au sein de l’Église est enraciné dans l’ignorance et la peur spirituelle”.

Il n’a jamais été aussi important de définir une approche réfléchie et fondée sur la théologie.

Photo by Molly Belle on Unsplash

Une façon d’affirmer une approche d’apprentissage est d’admettre que les méthodes précédentes n’ont pas été utiles. Je voudrais me concentrer sur trois points que j’ai remarqué dans le contexte de la communauté chrétienne. J’ai fait ces erreurs et j’ai regretté d’avoir embrouillé les gens lorsque j’ai essayé d’aider. En outre, rappelons-nous que ce que nous disons aux autres révèle ce que nous croyons de la foi, de Dieu et des relations humaines. J’espère qu’en prêtant attention à ces trois concepts, nous ferons place à une nouvelle saison d’espoir pour de nombreuses personnes portant des charges et des doutes inimaginables.

I. NE DITES PAS : LIRE LA BIBLE PLUS

Lire davantage la Bible ne vous aidera pas si vous ne l’écoutez pas correctement. L’étude de la Bible dans le cadre d’une conversation communautaire plus large doit inclure la sagesse pastorale et la confiance relationnelle. C’est un élément essentiel pour remarquer ceux qui se débattent avec une détresse émotionnelle plus profonde. Entendre ses questions ou ses remarques particulières peut être le signe de problèmes plus profonds qui doivent être abordés.

Lorsqu’il s’agit de guider une personne souffrant de troubles mentaux, l’approche “lisez davantage la Bible” conduit souvent les gens à l’isolement et à la confusion.

Souvent, cette position est ancrée dans l’idée que la Bible est un “manuel de réparation”. Elle ne tient pas compte de la vérité selon laquelle Dieu ne se contente pas de nous “réparer”, mais nous attire dans une communauté d’amour qui devient l’espace qui restaure notre monde intérieur. Dans ce contexte, la Bible est associée à un témoignage fidèle, à une responsabilité aimante, à une sagesse pastorale et à un discernement spirituel.

Cela fournit un contexte sûr dans lequel la guérison peut devenir tangible et présente.

Bien que la lecture de la Bible soit essentielle, les églises saines qui inspirent l’espoir passeront de l’expression “lisez davantage la Bible” à celle de “Apprenons la Bible ensemble”. Lorsque nous ralentissons pour passer du temps à apprendre ensemble, nous revenons à une manière commune d’entendre la Bible, c’est-à-dire en communauté. En outre, c’est un moyen essentiel de corriger les idées fausses qui nous font croire qu’il pourrait y avoir une solution rapide à travers une saison de douleur et de confusion émotionnelle.

II. NE DITES PAS : PRIEZ PLUS

Pendant des années, j’ai souvent pensé que prier davantage était la solution à tout. Cela était dû à une vision simpliste de la guérison. Lorsque cela n’est pas corrigé, “priez plus” ajoute un nouveau fardeau à ceux qui luttent contre les problèmes de santé mentale.

Au cours de mes premières années de ministère, j’ai travaillé en étroite collaboration avec des adolescents et des familles. J’ai lentement appris à entendre au-delà de leur silence et de leur sottise. Dans ces moments-là, je me souviens qu’eux et leurs parents avaient développé l’idée que la prière était une sorte d’outil magique pour faire en sorte que les problèmes soient traités par une puissance supérieure.

Lorsque nous adoptons ce point de vue, nous ne réalisons pas que même les plus anciennes prières du peuple de Dieu offraient la possibilité d’embrasser le désordre de notre condition humaine.

Il est rare que les choses s’améliorent soudainement. La prière n’était pas un outil qui améliorait instantanément les choses. C’était une pratique opportune qui consistait à se tourner vers Dieu dans notre douleur et notre désorientation pour se reposer dans son amour indéfectible.

Photo by Dmitry Ratushny on Unsplash

Considérez cette prière : Cherche-moi, Dieu, et connais mon cœur ; éprouve-moi et connais mes pensées anxieuses. Psaume 139:23

La promesse est que toute personne aux prises avec des pensées angoissantes peut se reposer dans l’assurance que Dieu est à l’œuvre en chuchotant au milieu des fortes attentes. Jésus, notre image d’un Dieu invisible, a également révélé cela de façon nouvelle. Sa promesse était que même lorsque nous nous frayons un chemin dans la prière, Dieu, en tant que père aimant, nous écoute et nous connaît dans nos pensées les plus intimes. Même dans les lieux intérieurs, nous avons souvent du mal à nous comprendre nous-mêmes.

Les églises qui s’engagent à créer des espaces sécurisés pour ceux qui luttent dans le silence et la tristesse passent de la formule “Priez davantage” à “Attendons et écoutons Dieu ensemble”.

Cette approche affirme qu’il est normal de ne pas entendre Dieu clairement et que dans ces moments de confusion, nous pouvons être sûrs que nous ne sommes pas seuls. Elle peut également permettre de discerner les nombreuses options médicales qui sont en elles-mêmes un signe de la bienveillance de Dieu.

III. NE DITES PAS : SOYEZ JUSTE POSITIF ET FAITES PLUS CONFIANCE À DIEU

Nous sommes accros à l’idée de nous présenter comme des personnes positives. Imaginez ce que c’est que de vivre avec une maladie mentale dans ce genre de monde.

Les églises devraient célébrer la bonne nouvelle qui nous apprend à vivre avec un profond sentiment de joie aux côtés de ceux qui sont tristes, en colère et même parfois négatifs.

Photo by Adrian Swancar on Unsplash

Les églises qui confondent fidélité et plaisir créent de nouveaux obstacles pour ceux qui travaillent dans l’anxiété et la dépression.

Un auteur note que “les techniques de la pensée positive… comprennent la capacité réflexive de rejeter les nouvelles perturbantes”. Ce phénomène a clairement fait son chemin dans l’église. Lorsque nous entendons de mauvaises nouvelles, nous cherchons des moyens d’expliquer les choses ou, au pire, certains adoptent une sorte de théologie de l’évasion en promettant que nous pourrons nous éloigner de nos problèmes difficiles.

Cette approche n’est pas de nature à aider ceux qui sont aux prises avec une maladie mentale. Ceux qui ont des problèmes de santé mentale, et ceux d’entre nous qui essaient d’aider, doivent savoir que Jésus offre une joie qui peut gérer le chagrin lorsque nous accompagnons les gens dans des moments de conscience douloureuse. Les églises qui adoptent cette façon d’entrer en relation avec les autres passeront constamment de “Soyez juste positifs” à “Il peut y avoir de la joie dans cette tempête”.

L’AUTO-ASSISTANCE A RENCONTRÉ SA CONTREPARTIE

Les trois déclarations mentionnées ci-dessus s’inscrivent naturellement dans un monde façonné par les valeurs d’auto-assistance. Ces réactions réactionnaires sont informées par un langage spirituel mais axées sur une attitude individuelle d’aller le travailler soi-même. Pour ne rien arranger, nous présentons les leaders forts comme étant des femmes et des hommes qui se sont faits tout seuls. Mais ce n’est pas vrai.

Admettons qu’un mantra “faites-le vous-même” puisse fonctionner pour réparer un tuyau qui fuit, mais ne s’applique pas au doux travail de bienveillance et d’amour. Cela nécessite une interaction humaine qui nous éveille aux réalités de la fragilité humaine.

En matière de santé mentale, personne ne s’améliore seul. C’est une bonne nouvelle. Cela signifie que nous pouvons et devons nous rassembler et reconnaître notre besoin universel d’empathie, de gentillesse et de patience à mesure que nous apprenons et aimons. Pouvez-vous imaginer que si nous prenions au sérieux cet ancien commandement spirituel de “partager les fardeaux les uns des autres”, nous serions peut-être alors considérés comme des églises et des dirigeants qui veulent jouer un rôle plus important dans la lutte pour mettre fin à la stigmatisation et à l’acuité de la santé mentale.

Married with a great family. PhD in Historical Theology. Foolish & courageous enough to Church Plant. Join the party at the180.ca & domruso.com

Married with a great family. PhD in Historical Theology. Foolish & courageous enough to Church Plant. Join the party at the180.ca & domruso.com